Théâtre en Amérique latine – Rythme, mouvement et énergie

Les deux Argentines Sandra Monteagudo et Jorgelina Balsa ont enthousiasmé leurs onze participants par leur énergie et leur joie communicatives. Dès la première seconde, exit la théorie et l’histoire, il s’agissait de mettre le corps en mouvement. Divers stimulateurs extérieurs, comme des cartes où figurait tel ou tel type de mouvement, différents styles de musique et des jeux consistant à reproduire ou décliner les mouvements effectués par ses partenaires, ont servi d’inspiration à des improvisations toujours nouvelles et de plus en plus exigeantes. L’occasion pour chaque participant de tester en douceur les limites de sa propre mobilité et de les explorer toujours plus avant. L’alternance entre mouvement et position statique, entre ses propres idées et celles des autres, a créé des images fascinantes. Le groupe s’est toujours vu comme une communauté et dans les improvisations, les participants devaient apprendre à réagir aux impulsions de leurs partenaires. À partir d’une musique ou de chants, des scénettes ont été improvisées en binôme ou en petits groupes, pour être ensuite renforcées, déclinées et constamment réinventées grâce aux bons conseils des deux formatrices. Des accessoires de la vie quotidienne, des chants et des textes courts dans les différentes langues des participants ont été savamment intégrés pour produire des images évocatrices et des histoires divertissantes. Cela a ainsi donné lieu à des scènes de nature complètement différente : tantôt fortes et énergiques, tantôt calmes, tantôt acrobatiques, tantôt romantiques, tantôt tristes et souvent très drôles. Mais concentration et détente étaient également au programme : massages, relaxation – associés aux chants du groupe – ont contribué à des sessions de travail calmes mais non moins intenses, avant de remettre l’ensemble du corps en mouvement. Le rythme ainsi créé au sein du groupe qui, très rapidement, a fini par former une véritable communauté grâce à la direction discrète des formatrices et à l’ouverture d’esprit des participants, était d’ailleurs visible lors des présentations finales très disparates le dimanche matin.

Simon Isser

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.